Société de défense des animaux, Nice, (SDA) site officiel

Navigation


Imprimer cette page

News

Une décision de justice surprenante !


Voir lettre Christian Razeau Membre du Collectif animalier du 06

 

 

De petites gens, pour la plupart,  ont donné, année après année, 800 000 € à la Société de Défense des Animaux de Nice et ce jusqu’en mars 2006.
Cet argent avait été dépensé dans de la nourriture et des produits de ménage surfacturés.
Devant ce gâchis une nouvelle équipe élue en 2007 a porté plaine.

A la base de ces surfacturations, une présidente aujourd’hui décédée.
On a jugé ce vendredi 11 Octobre 2013, au tribunal correctionnel de Nice, les survivants de ce gâchis :
- le vice président, conseiller général niçois bien connu, déjà condamné dans deux autres affaires et détenteur de la légion d’honneur.
- le trésorier de l’association
- le marchand de ces produits.
Les chefs d’accusation étaient : dépenses fictives, détournement d’argent, maltraitance par absence de soins aux animaux qui de plus étaient mal nourris et mal soignés.

Le premier de ces accusés se défendant de ces dépenses par sa passivité en prétendant qu’il n’était au courant de rien.
Le second se défendant également de sa passivité en déclarant qu’il signait les chèques en toute confiance.
Le troisième en disant que ce n’était pas son problème si l’association était mal gérée.

Les trois ont été relaxés.
C’est à dire reconnu coupables de rien par le tribunal : ni dépenses fictives, ni détournement d’argent, ni complicité d’escroquerie, ni maltraitance par absence de soins aux animaux, malgré des attestations implacables.

Les questions que l’on peut se poser sont de deux ordres :
- La dilapidation de fonds publics ou privés par une association de bienfaisance ( Restos du coeur, Secours catholique, Croix rouge, Lutte contre le cancer..) n’est-elle pas punissable par la loi et pourquoi ?
- Le détournement de fonds, parce que fait au détriment d’animaux domestiques, bien que reconnus « êtres sensibles », n’est pas punissable par la loi et pourquoi ?

L’actuelle direction de la SDA n’a pas la possibilité juridique de faire appel de ce jugement.
Seul le Ministère public peut faire appel.

Le fera-t-il ou laissera-t-il le feux vert à tous les travers de notre société et à une partie de ceux qui la compose ?

Christian Razeau Membre du Collectif animalier du 06

 

Source

*****

 

 

Lettre ouverte suite auxTrois relaxes au procès pour escroquerie à la SDA de Nice

 

Voir lettre du jeudi 17 octobre 2013 :

 

LETTRE OUVERTE

 

Mesdames, Messieurs,

 

Suite à l'affaire CALZA, article de journaux paru sur Nice Matin, lorsque j'ai déposé plainte c'était pour répondre à une demande de nombreux adhérents et donateurs de la SDA qui avaient constatés des malversations de l'ancien président M. Calza et de l'ancien trésorier.

Avant mon élection, j'avais promis que j'irai jusqu'au bout et comme je tiens toujours mes promesses, je l'ai fait.

Malheureusement, malgré toutes les preuves fournies et de très bons avocats, nous n'avons pas été suivis par la justice. Pourquoi ? Dieu seul le sait mais je crois fort en la justice divine.

Monsieur Calza peste contre les journalistes de Nice Matin sur son Twitter et son facebook.

Je voudrais rendre un grand hommage à ces journalistes et heureusement qu'ils existent, ils ont relatés les faits et il y a bien des doutes quoi qu'en dise M. Calza.

 

Il a été félicité par beaucoup de personnes et même par des élus sur son twitter (no comment) mais pas par M. Revel à qui M. Calza a répondu par "j'ai mis une grande claque à la gueule de ce voyou que tu connais bien" hors je suis bien étonné, surpris car s'il s'agit bien de moi dont il parle, lorsque je l'ai croisé, il ne m'a pas interpelé en me traitant de voyou, mais a fait mine de ne pas me voir.

 

Cependant, si l'on regarde les casiers judiciaires, le mien est vierge, le sien ne l'est pas.

 

J'en fini par une seule question à M. Calza dont je n'ai toujours pas eu la réponse et la vérité, où sont passés les 800 000 euros qui appartenaient aux animaux ?

 

                                                                                              Le Président de la SDA

                                                                                              Patrick VILLARDRY

 

*****

 

Trois relaxes au procès pour escroquerie à la SDA de Nice

 

Article publié Nice Matin le vendredi 11 octobre 2013 :

 

L'adjoint au maire de Nice Joseph Calza est sorti relaxé du tribunal correctionnel dans l'affaire de la SDA de Nice.Ch. P.

 

Le procès au sujet de malversations supposées au sein de la Société de Défense des Animaux de Nice s'est terminé ce vendredi soir par trois relaxes.

 

Après six ans de procédure, huit heures de débats vendredi devant le tribunal correctionnel, Joseph Calza, 63 ans, conseiller général UMP et président pendant un an de l'association, Jean Blangino,72 ans le trésorier et Camille Moujaes, 55 ans, le fournisseur des croquettes pour chiens, sont sortis "heureux mais amers", selon l'expression de Me Philippe Soussi, du tribunal.

 

Ils étaient poursuivis pour mauvais traitements à animaux, escroquerie ou complicité, abus de confiance. Ils ont été lavés de tout soupçon.

 

Vendredi matin, des membres d'un collectif de défense des animaux avaient déployé une banderole sur les marches du palais de justice avec cette question: "Où est passé l'argent des donateurs ?"

 

Une question qui n'a pas trouvé de réponse alors qu'il manque 800.000 euros selon Patrick Villardry, le président actuel de la SDA.

 

Source

 

*****

 

Article publié Nice Matin le vendredi 11 octobre 2013 :

 

Un an de prison requis contre le fournisseur de croquettes de la SDA

 

L'adjoint au maire de Nice Joseph Calza prévenu dans l'affaire de la SDA.Ch. P.

 

Le procureur de la République a requis un an de prison contre le fournisseur d'aliments de la Société de Défense des Animaux, une association niçoise.

 

Contre le trésorier et l'ex-president de l'association, le parquet a requis 3.000 euros d'amende.

 

Source

 

*****

 

Article publié Nice Matin le vendredi 11 octobre 2013 :

 

Le procès pour escroquerie à la SDA s'est ouvert à Nice

 

L'adjoint au maire de Nice Joseph Calza prévenue dans l'affaire de la SDA.Ch. P.

 

L'adjoint au maire de Nice et conseiller général UMP, Joseph Calza, 63 ans, Jean Blangino, 72 ans et Camille Moujaes, 55 ans, comparaissent vendredi matin devant le tribunal correctionnel de Nice.

 

Les trois prévenus sont soupçonnés d'avoir escroqué la Société de Défense des Animaux, association niçoise créée en 1927. Ils sont également poursuivis pour mauvais traitements à animaux.

 

Des membres d'un collection de défense des animaux ont déployé une banderole sur les marches du palais dejustice vendredi matin avec cette question: "Où est passé l'argent des donateurs?"

 

Une question que se pose également les juges niçois.

 

Source

Le 11 octobre 2013 par direction


© Copyright 2010-2017 - SDA Nice    Webmaster : sdanice@free.fr