Société de défense des animaux, Nice, (SDA) site officiel

Navigation


Imprimer cette page

News

Adversaires et amoureux de la corrida se donnent rendez-vous aujourd'hui


Publié dans le Nice Matin le Samedi 11 septembre 2010

 

Adversaires et amoureux de la corrida se défieront samedi par manifestations interposées, les uns estimant que d'ici "une dizaine d'années" il n'y aura plus de courses de taureaux en France, les autres louant "le magnifique lien social et intergénérationnel" des ferias.

L'Alliance anti-corrida a choisi ainsi Nîmes pour organiser sa 11e "marche pacifique".

La riposte, tout aussi pacifique, des pro-corridas prendra la forme d'un dépôt de roses au pied de la statue de Nimeno 2 à Nîmes, et d'une photo géante à Arles par des aficionados réunis à l'occasion de la Feria du riz.

La manifestation des anti à Nîmes, sera "le plus grand rassemblement" jamais organisé en France", explique à l'AFP la présidente de l'Alliance pour la suppression des corridas, Claire Starozinski, qui espère réunir samedi à 15h00 "plus d'un millier de personnes", dont des délégations belges et suisses.

Une heure après, les aficionados présents à la traditionnelle Feria du riz, misent quant à eux sur un rassemblement de "8.000 à 10.000 personnes" sur le parvis des arènes pour une immense "photo de famille", a affirmé à l'AFP le directeur des arènes, Luc Jalabert.

Le 28 juillet, le parlement régional de Catalogne a interdit les combats de taureaux dans cette région d'Espagne, approuvant une "initiative législative populaire" rassemblant 180.000 signatures.

Quelques semaines après, pro et anti-corridas se déclarent "sereins" quant à la situation de la tauromachie en France.

"On est au XXIe siècle, ce type de spectacle archaïque et rétrograde est dépassé. D'ailleurs, les gens saturent", affirme Mme Starozinski, pour qui l'un des meilleurs signes de désintérêt se situe dans les "gradins, qui commencent à se dépeupler".

Faux, rétorque Luc Jalabert: "si effectivement, en raison de la crise économique, on a constaté une baisse de 4 à 5% de la fréquentation des corridas en 2010, plus de 120.000 spectateurs se sont encore pressés à la Feria d'Arles cet été", faisant de l'événement "le premier dans le Sud-Est, après le festival d'Avignon".

Faisant fi de ces chiffres, Mme Starozinski pense quant à elle "que l'abolition est en marche". Son association, qui a recensé 73 villes organisatrices de spectacles taurins dans 11 départements du sud de la France, assure que "de plus en plus" de municipalités "rechignent à attribuer des subventions".

S'ils comptent sur la crise, les défenseurs des animaux espèrent surtout en l'action politique, avec le dépôt, le 13 juillet, d'une proposition de loi contre les corridas et les combats de coqs par les députées Geneviève Gaillard (PS) et Muriel Marland-Militello (UMP).

Déjà soutenue par 58 députés, la proposition de loi a reçu le 29 juillet l'appui de Brigitte Bardot, qui a demandé à Jean-François Copé qu'elle soit inscrite à l'ordre du jour à l'Assemblée.

"La France ne peut se priver d'un débat parlementaire sur ce sujet", estime l'ancienne actrice, pour qui "il n'y a aucune humanité dans ces jeux du cirque où des pervers prennent plaisir à voir souffrir un animal torturé à mort".

Un argument que M. Jalabert balaie d'un revers de main: "depuis les grottes de Lascaux célébrant l'auroch tel un animal mythique jusqu'à la feria d'Arles, pour des millénaires de cultures taurines, la corrida, c'est la liberté".


Venez signer notre pétition

Le 13 septembre 2010 par direction


© Copyright 2010-2017 - SDA Nice    Webmaster : sdanice@free.fr