Société de défense des animaux, Nice, (SDA) site officiel

Navigation


Imprimer cette page

News

Dixie et Paolo: happy end pour la belle et le clochard


Article Publié Nice Matin le Mardi 22 mai 2012

 

,

Patrick Villardry - à gauche avec Paolo - a restitué hier matin l'animal à son maître. Pour Catherine Bisoli, « on voit que [Paolo] aime sa chienne. Il la traite bien. » Patrick Villardry : « On agit pour le bien de l'animal, pas pour nuire ! »

 

La chienne court à perdre haleine. Ses petites pattes laissent des empreintes joyeuses sur le pavé mouillé. Tout là-haut, Paolo la regarde cavaler, les bras grand ouverts. Comme le cœur. Et Dixie vient se lover contre. Tout contre ce palpitant de SDF, ce battement qui l'accroche à la vie malgré les nuits dans la rue, les jours sans espoir.

Paolo serre la petite boule de poils dans ses bras, lui glisse à l'oreille : « Enfin, tu es là, Dixie, ma Dixie, je pensais ne jamais te revoir… »

Il y a la douceur de la fourrure noire et blanche sur sa joue usée par les années de galère, quelques larmes qui roulent le long des joues ravinées du clochard et le sourire qui met du soleil dans ce jour de pluie.

Paolo tremble un peu, caresse la tête de Dixie : « Bienvenue à la maison, ma belle ! » lance-t-il victorieux en désignant un matelas posé à même le sol, sous le porche de la rue Jouan-Nicola. Il sort un petit paquet caché sous un oreiller de fortune : « Tiens, je t'ai gardé la moitié de mon repas d'hier soir…»

« Ça fendait le cœur, cette histoire-là ! »

Hier, Paolo a retrouvé sa chienne. Il a retrouvé sa Dixie, un border collie âgé de 8 mois, qui lui avait été enlevée il y a quinze jours par la Société de défense des animaux (SDA). Le président de la SDA, Patrick Villardry, la lui a rendue sous l'œil attentif des riverains qui s'étaient mobilisés pour le SDF (1). Des voisins qui passaient tous les jours devant le matelas de Paolo, qui échangeaient un bonjour, quelques mots, qui caressaient la chienne et qui ne comprenaient pas pourquoi la SDA avait « arraché » sa chienne à Paolo.

« Ça fendait le cœur, cette histoire », témoigne Palmyre Laurizio, qui habite « au-dessus ».

« Paolo pleurait, pleurait… Il me disait : "Si on ne me rend pas, mon chien je ferai une grève de la faim !" » Hier, Paolo a retrouvé« sa raison de vivre ». « Il a perdu sa femme d'une pneumonie, il a perdu son toit, on lui a volé sa voiture. Sa chienne est sa seule attache… », explique Franck Noble, qui vit à deux pas de là.

« Cette chienne, c'est vraiment tout pour lui », renchérit Catherine Bisoli. La vieille dame est « contente pour Paolo. Il est bonasse, c'est un pauvre garçon, mais s'il a sa chienne, il est heureux. On voit qu'il l'aime. Il la traite bien ! »

« On va déposer plainte pour vol »

Michel Fella regarde Paolo et sa chienne, qui lui fait la fête. La scène le fait sourire : « C'est bien qu'ils l'aient ramenée ».

« Au départ, on nous avait dit que la chienne allait être placée dans une famille », poursuit ce voisin qui avait pris la tête de la mobilisation pour Paolo.

Parce que c'était « injuste », parce qu' « un SDF est vulnérable », parce que Paolo ne respirait plus, ne vivait plus, parce que tout le monde, jusqu'aux gosses du quartier, se demandait où était passée la petite chienne.

Malgré ce happy end, Michel Fella envisage, avec quelques riverains, « de porter plainte pour vol pour que ce genre de pratique ne se reproduise pas ».

Vol. Le mot fait hurler Patrick Villardry. Il dément. Avec conviction : « On a stérilisé la chienne. On agit pour le bien de l'animal, pas pour nuire. Il n'a jamais été question qu'on prenne ce chien. On n'enlève pas leurs animaux aux gens sauf s'ils les maltraitent. Et cette chienne-là, on le voit bien, n'était pas maltraitée ».

 

Voir Article lors du Retrait de Dixie

Le 22 mai 2012 par direction


© Copyright 2010-2017 - SDA Nice    Webmaster : sdanice@free.fr