Société de défense des animaux, Nice, (SDA) site officiel

Navigation


Imprimer cette page

2000 abandons par an dans les A.M.

La prolifération des animaux de compagnie entraine un surplus d’animaux dont le sort reste précaire.


Les refuges, à toutes périodes de l’année mais de manière plus préoccupante à l’approche de l’été (qui voit un pic dans les abandons et par contre un creux au niveau des adoptions), accueillent tous ceux qui ont cessé de plaire dès lors qu’ils ont grandi, ainsi que les animaux errants hébergés en fourrière et non réclamés.


Tous les motifs pour abandonner sont invoqués : allergie, déménagement, divorce, naissance d’enfant. Décès et départs en maison de retraite sont hélas également des situations extrêmement courantes qui doivent conduire à l’hébergement rapide des animaux. Les troubles du comportement notamment chez les chiens mal éduqués lorsqu’ils sont arrivés bébés dans les foyers, constituent quant à eux plus de 50% des motifs d’abandon de chiens.

Les statistiques officielles de l’année 2006 pour les alpes maritimes (les chiffres de l’année 2007 n’étant pas encore connus) sont les suivantes :


En ce qui concerne les refuges :


Chiens abandonnés dans les refuges du département : 428

Chats abandonnés dans les refuges du département : 443 (à noter qu’une infime partie des chats laissés pour compte sont confiés à une association ou un refuge. La plupart hélas sont abandonnés dans la nature, dans une cour d’immeuble, un terrain vague… Il est absolument impossible de ce fait, de quantifier le nombre de chats réellement abandonnés. Ce sont ces chats, la plupart du temps non stérilisés, qui se reproduisent dans des conditions extrêmement précaires, en proie à tous les dangers (voir notre rubrique « prolifération »)


En ce qui concerne les fourrières :


Les animaux perdus et récupérés en fourrières ne sont hélas pas toujours réclamés par leurs propriétaires (une partie étant en effet des abandonnés sur la voie publique, ou des fugueurs que leurs maîtres ne veulent pas reprendre). La plupart sont confiés aux différents refuges après une période plus ou moins longue (il faut savoir qu’un accord avec les refuges du département permet de ne pas euthanasier les animaux au bout du délai légal de 8 jours ouvrés. Mais, faute de places disponibles, ils peuvent rester très longtemps en cage en fourrière, ce qui n’est pas une solution idéale…).


Chiens trouvés errants et entrés en fourrière : 1990

Chiens rendus à leur propriétaire : 1335 différence non réclamés : 655 !


Chats trouvés errants et entrés en fourrière : 396

Chats rendus à leur propriétaire : 32 différence non réclamés : 364 !


Un calcul rapide permet de comprendre qu’environ 1900 animaux définitivement délaissés par leurs maîtres sont mis à l’adoption en un an dans les refuges de notre département. Mais « mis à l’adoption ne veut pas dire adoptés » ! Combien y resteront des mois, des années, toute leur vie !


A noter aussi qu’une grande partie des abandonnés, impossible à chiffrer, se « perd dans la nature » : écrasés, restés errants (concerne essentiellement les chats) adoptés spontanément par des personnes qui ne pensent pas à les signaler aux associations, récupérés par des filières liées à des trafics ? On peut hélas facilement imaginer que la réalité dépasse largement ce chiffre de 1.900 abandonnés.


Comment contribuer à réduire ces données catastrophiques ???


* En premier lieu : ne pas conserver de portées de chiots et chatons, c’est le premier geste de protection animale. Les bébés trouveront souvent preneurs certes, mais quelle proportion restera vraiment à vie dans leur premier foyer ? Combien passeront de mains en mains pour finir abandonnés lorsqu’ils auront grandi et cessé de plaire ? Faites donc stériliser vos animaux de compagnie, dès 6 mois (une première portée n’étant absolument pas nécessaire à l’équilibre psychologique de la femelle !)


Si cependant vous avez une portée de bébés, attention ! ne les mettez pas à l’adoption via internet : les associations nationales sont à juste titre très inquiètes de ce type de placements « sauvages » sans aucune garantie. Il y a des personnes mal intentionnées de tous types qui se procurent ainsi des animaux pour des utilisations non avouables. Ce nouveau type de marché des animaux est fort préoccupant. Evitez absolument d’y avoir recours !


* Si vous adoptez un animal jeune, informez-vous pour l’éduquer de manière à ne pas vous trouver rapidement propriétaire d’un animal adulte non structuré et difficile à vivre (rappel : si votre animal commence à vous poser des problèmes de comportement, des vétérinaires comportementalistes peuvent vous aider à redresser rapidement la situation. N’hésitez pas à les consulter !)


* Si vous perdez un animal, recherchez-le par tous les moyens, très vite (ne pas attendre qu’il revienne de lui-même !!! En effet, les premiers jours sont les plus décisifs) :


* Bien entendu faites identifier votre animal :

Pour les chats, nous conseillons vivement le tatouage plutôt que la puce qui est invisible et ne facilite pas, loin de là, les recherches (une personne qui voit un chat affamé ayant un tatouage à l’oreille pensera systématiquement qu’il appartient à quelqu’un et le signalera. Si ce même chat n’a aucun signe visible d’appartenance, il sera pris pour un chat errant ou un abandonné et sera souvent nourri sur place sans que la personne pense à le prendre et à l’apporter chez un vétérinaire pour une éventuelle détection de puce). Une solution «de parade » consiste aussi à tatouer le mot « puce » dans l’oreille du chat pucé.


Pour les chiens, un tatouage, une puce doivent toujours être doublés d’un collier avec numéro de téléphone. Pensez que vous pouvez perdre un animal durant un week-end, et que dans ce cas, les personnes qui le verront hésiteront à le prendre en charge. Un numéro de téléphone sur un collier incite immédiatement l’ami des bêtes à recueillir l’animal et à appeler son propriétaire. Beaucoup d’amis des bêtes avouent hésiter à prendre en charge des animaux non identifiés (d’où encore, l’avantage du tatouage par rapport à la puce qui, elle, ne se voit pas !)


* Enfin, au lieu de « commander » un chiot ou un chaton à des amis qui ont une femelle, au lieu d’acheter un bébé en animalerie, pensez à adopter les laissés pour compte des refuges ! Si cette démarche vous est pénible et vous arrache le cœur, dites-vous qu’elle sauve un malheureux qui n’avait peut-être que VOUS comme seule chance !


Une jeune femme vient d’adopter à notre chatterie de Joffre Oscar, 15 ans. Voici ce qu’elle nous écrit le 31 mai 2008 :

Je l'aime de tout mon coeur ce petit vieux, il est un des plus beaux cadeaux que la vie m'ait fait. J'aimerais qu'il vive encore de très longues années ! en cette saison où naissent tant de chatons (hélas, de futurs malheureux pour la plupart) je ne peux qu'encourager l'adoption de chats adultes qui sont de véritables trésors, mais les gens ne veulent pas leur donner la chance de le montrer.



sda nice





© Copyright 2010-2017 - SDA Nice    Webmaster : sdanice@free.fr